Actualités

14.09.2017

Plus d’un million de formations financées grâce au compte personnel de formation

Le compte personnel de formation (CPF) permet à toute personne active, dès son entrée sur le marché du travail d’acquérir des droits à la formation mobilisables tout au long de sa vie professionnelle.


L’ambition du CPF, et plus généralement du compte personnel d’activité (CPA) dans lequel il s’intègre, est ainsi de contribuer – à l’initiative de la personne elle-même – au maintien de l’employabilité et à la sécurisation du parcours professionnel. Plus de 4.7 millions de personnes ont ouvert un compte sur www.moncompteformation.gouv.fr Début juillet 2017, on enregistre 1 014 259 formations financées grâce au CPF, avec une durée moyenne de 346 heures des formations.



Source : Ministère du Travail - juillet 2017

Rappel : le CPF mode d'emploi

Fermer
14.09.2017

FUN renforce son partenariat avec edX

La plate-forme FUN MOOC utilise le logiciel Open edX développé et mis à disposition de la communauté internationale par le consortium edX fondé par le MIT et Harvard.


Ce partenariat, qui a fait l'objet d'une convention signée courant août, vise à consolider les liens entre les deux institutions. Il permet, d'une part aux apprenants de FUN MOOC d'accéder plus facilement au catalogue de cours et programmes en anglais et en espagnol proposés par les institutions internationales partenaires d'edX, et d'autre part de faciliter l'accès des apprenants d'edX au catalogue de cours de FUN via la mise en avant de FUN sur edX, par l'intermédiaire d'une page consacrée à ses partenaires sur son site.

Si la plate-forme FUN MOOC a été la première plate-forme a portée nationale utilisant Open edX, de nombreuses autres initiatives internationales ont vu le jour depuis lors. Ce logiciel open source a contribué à l'industrialisation du déploiement des MOOC dans le monde, rendant possible l'accès à la connaissance au plus grand nombre.

Pour découvrir les partenaires d'edX et les nombreux MOOC produits par de multiples universités internationales et enrichir vos expériences d'apprentissage, cliquez ici : Site edX

SEPTEMBRE : C'EST LA RENTREE DES MOOCS

Les MOOCs du Cnam

Pour en savoir plus, consultez la page Moocs du Cnam

Lire la suite
14.09.2017

Décret n°2017-1135 du 4 juillet 2017 relatif à la mise en œuvre de la validation des acquis de l'expérience

Le décret d’application des dispositions sur la validation des acquis de l’expérience (VAE) est paru au Journal officiel le 6 juillet 2017. Le décret actualise les conditions de mise en œuvre de la VAE et clarifie le dispositif en intégrant les différentes évolutions législatives et réglementaires prévues depuis les lois du 5 mars 2014 et du 8 août 2016.


- Détermination des règles de calculs de la durée d’exercice des activités en milieu professionnel
- Procédures de recevabilité
- Conditions de mise en ligne des informations et conseils relatifs à la VAE
- Identification des sources de financements, du type de dépenses et des dispositifs de formation professionnelle continue permettant la prise en charge des dépenses VAE

De nouvelles dispositions y sont également présentées :
- Suppression du délai de 5 ans pour obtenir la certification complète
- Droit à une information gratuite
- Suppression du délai de carence entre deux VAE en cas de validation partielle
- Prise en compte des blocs de compétences
- Précisions sur les financements
- Mise en œuvre d’un formulaire unique de demande de recevabilité à la VAE


Pour aller plus loin : Décret n° 2017-1135 du 4 juillet 2017 relatif à la mise en œuvre de la validation des acquis de l'expérience (JORF n°0157 du 6 juillet 2017)

Source : Carif Oref - juillet 2017

Lire la suite
14.09.2017

CPF, CEP : le CNEFOP livre son second rapport

Le CNEFOP a choisi pour la seconde édition d’établir un rapport à la fois sur le compte personnel de formation et le conseil en évolution professionnelle comme pour le premier rapport. Treize types de questionnaire ont été envoyés aux quatre-vingt-seize acteurs du champ concerné par le CPF et le CEP. Quarante-quatre réponses ont été reçues et exploitées, complétées par vingt-neuf auditions.


Le conseil en évolution professionnelle (CEP)
Cette offre de service a pour objectif « d’accompagner les individus pour de leur permettre d’exercer réellement et pleinement ce droit à l’orientation tout au long de la vie professionnelle ». Les opérateurs du CEP sont : les OPACIF / FONGECIF, l’APEC, Pôle emploi, les missions locales et Cap emploi. Le conseil en évolution professionnelle s’organise autour de trois niveaux de service :
- L’accueil individualisé
- Le conseil personnalisé
- L’accompagnement personnalisé

Le rapport met en avant la professionnalisation des conseillers qui s’est poursuivie depuis la mise en œuvre de l’offre de service et qui s’est amplifiée en 2016. La professionnalisation visant à accompagner :
- Le changement de posture du conseiller
- Le développement des compétences d’ingénierie de parcours

Le premier rapport du CNEFOP recommandait le développement d’une professionnalisation inter-opérateurs (actions de formation, échanges de pratiques). Le CNEFOP constate qu’en 2016, les plans de professionnalisation restent essentiellement sur des démarches propres à chaque réseau.
Même si le conseil en évolution professionnelle se déploie du côté des opérateurs, le CNEFOP constate une méconnaissance du public de cet outil.

Le Cnam de La Réunion propose à la rentrée 2017-2018 de valider 2 modules pour obtenir le Certificat de compétence Accompagnement et Conseil en évolution professionnelle (voir ci-après).
fiche descriptive

Le compte personnel de formation (CPF) Au 31 décembre 2016, 3 809 451 CPF étaient activés enregistrant une progression de + 52,5 % en un an. Cependant le chiffre reste faible au regard des 45,6 millions de comptes ouverts. En 2016, 497 501 dossiers de formation ont été validés (progression de + 139 %) pour plus de 12,3 millions d’heures de CPF/DIF financées. Le nombre de dossiers salariés a été multiplié par 4 mais l’écart entre le nombre de dossier salarié et le nombre de dossier demandeur d’emploi reste important. Dans le cadre d’une formation au titre du CPF, la liste nationale interprofessionnelle est la plus mobilisée quel que soit le public. Les 10 formations les plus demandées représentent un dossier « demandeurs d’emploi » sur 3 et près de 60 % des dossiers salariés.

lire la suite

Lire la suite
05.06.2017

Inscriptions au Cnam : journées portes ouvertes du 5 au 9 juin 2017

Afin de permettre au plus grand nombre de s’inscrire à une formation supérieure, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) ouvre ses portes au public, à Paris et dans toutes les régions métropolitaines et ultramarines, ainsi qu’à l’étranger. Ce moment est l’occasion de venir découvrir les formations proposées, les titres et diplômes que délivre le Cnam suite à des parcours modulaires qui répondent aux besoins des élèves. Les cours peuvent être suivis hors temps de travail, en alternance, le soir ou en journée, sur place ou à distance. Chaque année, le Cnam de La Réunion accueille près de 1 200 élèves réunionnais et en formation ouverte à distance.


A la rentrée seront entre autres proposés au Conservatoire national des arts et métiers de La Réunion, des titres professionnels, des licences générales, des certificats et diplômes d’établissement ainsi que des diplômes d’ingénieur, du bac+2 au bac+5 et couvrant plus de 450 métiers dans des secteurs très variés et porteurs tels que : les ressources humaines, la formation des adultes, la psychologie du travail, le commerce et le marketing, la gestion d’entreprise, la promotion immobilière, le transport et la logistique, les systèmes et réseaux informatiques, le webmestre, la programmation ou encore les métiers du bâtiment et du génie civil.
La grande majorité des diplômes et titres sont bien sûr tous habilités ou inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
Ces formations ont toutes été développées en partenariat avec les représentants des secteurs de métier et des collectivités locales, au plus près du terrain.
Suivre une formation au Cnam et en recevoir un diplôme ou un titre est un atout important pour perfectionner ses compétences afin d’évoluer professionnellement.

A La Réunion, les journées portes ouvertes se dérouleront du 5 au 9 juin 2017 au Port Information, orientation, inscriptions au 0262.42.28.37 ou sur www.cnam.re





Le Cnam est le seul établissement d’enseignement supérieur français entièrement dédié à la formation des adultes, placé sous la tutelle du ministre chargé de l’Enseigne¬ment supérieur. Il pilote un réseau de 28 centres régionaux et plus de 150 centres d’enseignement, dont le siège est à Paris. Les parcours de formation modulaires et indi¬vidualisés débouchent sur des diplômes d’enseignement supérieur reconnus, nationaux ou homologués, du niveau bac+2 aux diplômes d’ingénieur et de 3e cycle, ou sur des certificats attestant des compétences dans des métiers bien identifiés. Chaque année le Cnam accueille près de 70 000 élèves sur tout le territoire national et à l’étranger. Pour en savoir plus : www.cnam.fr.


Lire la suite
05.06.2017

Information de Pôle emploi de l’entrée effective en stage de formation, de l’interruption et de la sortie effective d’une personne inscrite sur la liste des demandeurs d’emploi

Le décret n°2017-1019du 9 mai 2017 fixe les conditions matérielles et de délais dans lesquels les organismes de formation remplissent l’obligation d’information de Pôle emploi de l’entrée effective en stage de formation, de l’interruption et de la sortie effective d’une personne inscrite sur la liste des demandeurs d’emploi, aux fins d’actualiser en temps réel la liste des demandeurs d’emploi inscrits, dans l’attente du recueil de ces informations par le système d’information du compte personnel de formation. Le décret entre en application au lendemain de sa publication.


Le délai est fixé à trois jours. L’information se fait sous la forme dématérialisée et porte sur l’entrée effective en stage de formation, l’interruption et la sortie effective d’une personne inscrite sur la liste des demandeurs d’emploi. « Les organismes de formation s’assurent auprès de Pôle emploi de leur habilitation à accéder au système d’information permettant la transmission dématérialisée de ces évènements. A défaut, ces informations doivent être transmises à Pôle emploi dans le délai fixé sous format papier. Ces dispositions sont ainsi applicables jusqu’à la mise en place du recueil de ces informations par le SI-CPF.

Pour en savoir plus, consulter :
Décret n°2017-1019 du 9 mai 2017 relatif à l’information de Pôle emploi de l’entrée et de la sortie de la formation professionnelle des personnes inscrites sur la liste des demandeurs d’emploi

Source : Carif Oref - mai 2017

Lire la suite
05.06.2017

VAE et plateformes de mise en relation par voie électronique

La loi du 8 août 2016, à travers son article 60 pose les principes de la responsabilité sociétale des plateformes. Ainsi l’article L7342-3 du Code du travail mentionne que le travailleur bénéficie du droit d’accès à la formation professionnelle continue. La contribution à la formation est prise en charge par la plateforme. Il bénéficie, à sa demande, de la validation des acquis de l’expérience. La plateforme prend alors en charge les frais d’accompagnement et lui verse une indemnité. Le décret n°2017-774 du 4 mai 2017 précise les modalités de mise en œuvre de cette responsabilité sociétale.


Un CA égal ou supérieur à 13 %
Lorsque le travailleur indépendant a réalisé sur la plateforme, au cours de l’année civile au titre de laquelle la cotisation et la contribution ont été acquittées, un chiffre d’affaires égal ou supérieur à 13 % du plafond annuel de la sécurité sociale, la plateforme prend en charge sa cotisation.
Le travailleur indépendant bénéficie, à sa demande, de la validation des acquis de l’expérience. La plateforme prend en charge les frais d’accompagnement et de l’indemnité. Dans la limite de 3 % du plafond annuel de la sécurité sociale, les frais d’accompagnement à la VAE sont ceux exposés par la personne pour réaliser les actions suivantes :
- Accompagnement (article R. 6423-2, C. du travail) : L'accompagnement débute dès que le dossier de demande de validation a été déclaré recevable et prend fin à la date d'évaluation par le jury. Il peut s'étendre, en cas de validation partielle, jusqu'au contrôle complémentaire prévu au septième alinéa du II de l'article L. 335-5 du code de l'éducation ou au deuxième alinéa de l'article L. 613-4 du même code.
- Modalités d’accompagnement (article R. 6323-3, C. du travail) : L'accompagnement à la validation des acquis de l'expérience comprend un module de base composé d'une aide méthodologique à la description des activités et de l'expérience du candidat correspondant aux exigences du référentiel de la certification visée, à la formalisation de son dossier de validation, à la préparation de l'entretien avec le jury et le cas échéant à la mise en situation professionnelle.
Cet accompagnement est réalisé en fonction des besoins du candidat déterminés, le cas échéant, avec l'autorité ou l'organisme délivrant la certification demandée et sous réserve des règles de prise en charge définies par les organismes paritaires agréés et les organismes collecteurs paritaires agréés compétents, les régions ou Pôle emploi.
Sur proposition d'un représentant d'un des organismes membres du service public de l'orientation, l'accompagnement peut aussi comprendre une assistance à l'orientation et à la recherche de financement pour la prise en charge d'une formation complémentaire correspondant aux formations obligatoires requises par le référentiel de la certification recherchée ou à l'acquisition d'un bloc de compétences manquant dans le parcours du candidat et correspondant à une partie identifiée dans ce référentiel.

L’indemnité versée pour compenser la perte de revenus occasionnés par l’accompagnement à la VAE est due dans la limite de 24 fois le taux horaire du SMIC.

Plusieurs plateformes concernées
Lorsque plusieurs plateformes sont tenues de prendre en charge les cotisations à la contribution et frais d’accompagnement, ces dernières effectuent le remboursement au prorata du chiffre d’affaires. Demande de remboursement
Le travailleur indépendant adresse une demande de remboursement à la plateforme pour la prise en charge.
Il justifie auprès de la plateforme les dépenses exposées et le chiffre d’affaires total. Il produit les documents prévus au II de l’article 2472 bis du code général des impôts (1). La demande de remboursement est réalisable gratuitement et par voie électronique.
Les plateformes remplissant les conditions sont tenues d’informer les travailleurs indépendants de la possibilité de présenter une demande de remboursement.

(1)
I.-Les entreprises, quel que soit leur lieu d'établissement, qui mettent en relation à distance, par voie électronique, des personnes en vue de la vente d'un bien, de la fourniture d'un service ou de l'échange ou du partage d'un bien ou d'un service sont tenues de fournir, à l'occasion de chaque transaction, une information loyale, claire et transparente sur les obligations fiscales et sociales qui incombent aux personnes qui réalisent des transactions commerciales par leur intermédiaire. Elles peuvent utiliser, dans ce but, les éléments d'information mis à leur disposition par les autorités compétentes de l'Etat. Elles sont également tenues de mettre à disposition un lien électronique vers les sites des administrations permettant de se conformer, le cas échéant, à ces obligations. II.-Les entreprises mentionnées au I adressent, en outre, à leurs utilisateurs, en janvier de chaque année, un document récapitulant le montant brut des transactions dont elles ont connaissance et qu'ils ont perçu, par leur intermédiaire, au cours de l'année précédente. III.-Les obligations définies aux I et II s'appliquent à l'égard des utilisateurs résidant en France ou qui réalisent des ventes ou des prestations de services en France. IV.-Les entreprises mentionnées au I font certifier chaque année, avant le 15 mars, par un tiers indépendant, le respect, au titre de l'année précédente, des obligations définies aux I et II. V.-Un décret en Conseil d'Etat fixe les conditions d'application du présent article.

Décret n° 2017-774 du 4 mai 2017 relatif à la responsabilité sociale des plateformes de mise en relation par voie électronique

Source : Carif Oref - mai 2017

Lire la suite
16.12.2016

Cours du soir : des heures en plus pour réussir

Le mardi 13 décembre, le journal télévisé de 20 heures de France 2 diffusait « Cours du soir : des heures en plus pour réussir », reportage sur la reprise d’études et les cours du soir mettant à l’honneur deux auditeurs du Cnam Paris.


Anaïs Arnout, actuellement assistante administrative dans une entreprise pharmaceutique, inscrite au Master 2 Management de projet et d’affaires du Centre Cnam Paris.

Aboudramane Goribe, ancien serrurier soudeur, aujourd’hui chef de projet chez AGCO (ex-Massey Fergusson) grâce à son titre d’ingénieur en mécanique, obtenu au Cnam Picardie, en partenariat avec l’Institut des techniques d’ingénieur de l’industrie (ITII) Picardie.

À travers ces deux profils, en cours de formation et quelques années après, ce reportage met l’accent sur la volonté de nos auditeurs et les sacrifices qu’ils sont prêts à consentir pour accéder à des niveaux de formation leur permettant de réaliser enfin leur potentiel, au-delà de ce que la formation initiale a pu leur offrir.
Ce reportage nous rappelle également l’importance que joue le Cnam dans les parcours de vie de ceux qui veulent aller de l’avant, quels que soient leurs statuts, leurs projets ou leurs origines.

visionner le reportage

Lire la suite
09.12.2016

Du manager agile au leader designer

Bienvenue à toutes et à tous et embarquez sans tarder pour le nouveau Mooc gratuit du Cnam.
Les inscriptions du nouveau « Du manager agile au leader designer » sur Fun sont ouvertes !
C'est une ressource gratuite pour tous les auditeurs du CNAM, les enseignants et les entreprises partenaires.

Cette année, un nouveau thème totalement innovant : manager avec le Design thinking pour transformer se transformer soi-même et son entreprise, à l’heure du numérique.
Cecile Dejoux, professeur des Universités au Cnam explique dans ce Mooc comment le design Thinking transforme les comportements au travail avec le numérique et la culture managériale.

Plus de 10 entreprises témoignent autour du management et du design Thinking : Carrefour, Steelcase, Bouygues, Otis etc..
Décollage prévu le 17 février 2017, n'attendez-plus pour vous inscrire !...


Lire la suite
06.12.2016

Le Cnam Réunion certifié e-AFAQ

L'Association de Gestion du Cnam de La Réunion (AGCNAM) a été évaluée par AFNOR Certification et certifiée conforme au référentiel « Conformité en formation professionnelle », reconnu par le CNEFOP et permettant de respecter l’ensemble des critères de l’article R 6316-1 du code du travail issu du décret n°2015-790 du 30 juin 2015.


Dans le prolongement de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale, le décret n°2015-790 du 30 juin 2015 (publié au Journal Officiel du 1er juillet 2015) crée un chapitre spécifique à la qualité des actions de formation professionnelle continue et fixe six critères d’appréciation de la capacité du prestataire de formation à dispenser une formation de qualité et y ajoute un critère de conformité réglementaire.

Ces critères ont tous pour vocation d’améliorer la lisibilité de l’offre de formation, d’inciter les prestataires de formation à donner davantage d’informations utiles aux financeurs et aux bénéficiaires, notamment sur les résultats obtenus aux examens et d’accès à l’emploi, et d’accroître la capacité de l’offre de formation à s’adapter aux besoins du public à former. Les prestataires de formation peuvent répondre à ces nouvelles exigences de deux manières :
- en répondant aux grilles d’évaluation interne mises en place par les financeurs de formation
- en justifiant d’une certification qualité ou d’un label inscrit sur une liste publiée par le CNEFOP (liste des certifications reconnues) .

Les prestataires de formation dont la capacité a été vérifiée sont ensuite inscrits sur le catalogue de référence du financeur de formation.

La certification e-AFAQ dont bénéficie le Cnam Réunion depuis le 22.11.2016 lui permet d'attester de la qualité de ses formations en satisfaisant aux exigences du décret n°2015-790 du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue dont l'application entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2017.

Pour en savoir plus sur les procédures de certification : afnor.org

sources : décret n°2015-790 du 30 juin 2015 - travail-emploi.gouv.fr

consulter le certificat en PDF

Lire la suite
29.11.2016

« JE FILME MA FORMATION » REVOLUTIONNE L’ORIENTATION

« JE FILME MA FORMATION » est un concours pédagogique créé par lecanaldesmetiers.tv et soutenu par le Ministère du travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. L’objectif du concours en tant que jeunes, jeunes adultes et adultes en reconversion, est de réaliser des vidéos courtes de 3 mn maximum dans le but de valoriser les parcours diplômants auprès d'autres jeunes. Les vidéos lauréates seront largement diffusées sur Internet et dans les réseaux sociaux ainsi que par des diffusions ciblées auprès de plusieurs millions de jeunes dans les lycées, collèges et établissements de l’enseignement supérieur…


Pour en savoir plus : Je filme ma formation

consulter le PDF

Lire la suite
28.09.2016

Le Cnam face aux tensions du marché de l’emploi

Septembre 2016


Lire la suite
27.09.2016

Auditeurs, à vous la parole !

N° septembre 2016


Lire la suite
27.09.2016

Programmation des contrats uniques d’insertion et emplois d’avenir au deuxième semestre 2016

D’après la circulaire DGEFP/MIP du 30 juin 2016 relative aux contrats d’insertion, un effort budgétaire correspondant au total à 227 000 contrats aidés sont programmés au second semestre 2016.


Cette circulaire, destinée aux préfets de région et de département présente de manière détaillée les orientations stratégiques et les enveloppes physiques et financières destinées aux emplois d’avenir et aux Contrats Uniques d’Insertion (CUI).

Depuis le début de l’année 2016, une reprise de l’économie et de l’emploi s’amorce. Afin d’accompagner cette dynamique, le gouvernement met tout en œuvre pour poursuivre cette mobilisation en faveur de l’emploi pour répondre efficacement aux besoins des demandeurs d’emploi les plus éloignés du marché du travail et pour lutter contre le chômage de longue durée.

Dans cette optique, un effort budgétaire supplémentaire de 150 000 contrats aidés par rapport à la loi de finances initiale (LFI) 2016 est réalisé afin de garantir les équilibres sur le marché du travail pour les publics bénéficiaires de ces contrats. La programmation du second semestre s’établit donc à hauteur de 227 000 contrats aidés répartis ainsi :
• 182 000 Contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) dont 67 800 CAE Education nationale, soit un objectif de 305 000 contrats sur l’année ;
• 15 000 Contrats initiative-emploi (CIE) soit 75.000 contrats sur l’année; cette enveloppe s’inscrit en cohérence avec la montée en charge d’autres leviers de soutien à l’emploi dans le secteur marchand dont notamment l’aide à l’embauche pour les PME et !es TPE ;
• 30 000 emplois d’avenir(EAV) soit un objectif de 65 000 contrats sur l’année.

Dans cette circulaire, figure la répartition de l’enveloppe des contrats aidés pour La Réunion.

Consulter la circulaire (format pdf)


Source : CARIF OREF - http://cariforef-reunion.net/

Lire la suite
27.09.2016

Quand la loi Travail entre t-elle en vigueur ?

Adoptée définitivement par le Parlement le 21 juillet, la Loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels a été publiée au Journal officiel le 9 août 2016. De nombreuses mesures sont entrées en vigueur aussitôt. En revanche, 127 mesures sont en attente de décret d’application. Certaines seront examinées avant la fin de l’année 2016 tandis que d’autres le seront au premier trimestre 2017.


Les mesures déjà mises en application concernent le renforcement des moyens des syndicats (+20 % d’heures pour les délégués syndicaux et les nouvelles règles sur les loyers syndicaux). La plupart des décrets publiés entre octobre et décembre concernent :
• Les mesures sur le CPA et sur l’apprentissage
• La durée du travail

Quant à la réforme du licenciement économique, elle sera applicable au 1er décembre 2016. Cette réforme touche en particulier les PME. Ces dernières pourront avoir recours au licenciement économique que si l’entreprise présente des difficultés économiques caractérisées soit par l’évolution significative d’au moins un indicateur économique comme une baisse des commandes, du chiffre d’affaires, de pertes d’exploitation, … de mutations technologiques, de réorganisation de l’entreprise indispensable à la sauvegarde de sa compétitivité, de cessation d’activité de l’entreprise.

Par ailleurs, les règles applicables au 1er janvier 2017 portent sur :
- Le droit à la déconnexion
- Le compte personnel d’activité (CPA) pour sécuriser les parcours professionnels
- La mise en place des accords majoritaires

Pour les travailleurs indépendants, le CPA sera effectif à partir du 1er janvier 2018.

source : CARIF OREF - http://cariforef-reunion.net/

Pour en savoir plus
Lire la suite
02.06.2016

Rentrée 2016-2017

Afin de permettre au plus grand nombre de s’inscrire à une formation d’enseignement supérieure, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) ouvre ses portes au public, à Paris et dans toutes les régions métropolitaines et ultramarines, ainsi qu’à l’étranger.


Ce moment est l’occasion de venir découvrir les formations proposées, les titres et diplômes que délivre le Cnam suite à des parcours individualisés qui répondent aux besoins des élèves. Les cours peuvent être suivis hors temps de travail, le soir ou en journée, sur place ou à distance,en formation continue ou en alternance. Chaque année, le centre Cnam régional accueille plus de 1 200 élèves à la Réunion mais aussi en formation ouverte et à distance.



A la rentrée seront entre autres proposées au Conservatoire national des arts et métiers de La Réunion, des formations diplômantes et qualifiantes dans les domaines tels que : l’accompagnement social et professionnel, la formation des adultes, les ressources humaines, la gestion de l’entreprise, l’informatique, l’immobilier et le BTP.

Les petits nouveaux (1) sont :
- le certificat professionnel DAO et BIM (s’adresse essentiellement aux bureaux d’études du BTP et aux dessinateurs projeteurs) ;
- le certificat de compétence Pratique de la médiation.

Bien entendu, les incontournables du Cnam seront encore à l’honneur cette année avec le titre professionnel Psychologue du travail ou encore le Responsable Ressources Humaines, le diplôme d’ingénieur en informatique ou en BTP, la licence générale Gestion des organisations, le titre professionnel niveau 2 Immobilier, construction et habitat ou encore le certificat professionnel webmestre.
La grande majorité des diplômes et titres sont bien sûr habilités ou inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) - www.cncp.gouv.fr

Ces formations ont toutes été développées en partenariat avec les représentants des secteurs de métier et des collectivités locales, au plus près du terrain.

Suivre une formation au Cnam et en recevoir un diplôme ou un titre est un atout important pour perfectionner ses compétences afin d’évoluer professionnellement, c’est un gage de qualité connu et reconnu par les grandes entreprises françaises.

(1) ouverture conditionnée par l'obtention d'un quota d'inscrits suffisant.

inscriptions ouvertes à partir du 06 juin 2016
Information et orientation, au 0262.42.28.37 ou à info@cnam.re
Pour en savoir plus : www.cnam.re
Nous situer : 18, rue Claude Chappe ZAC 2000 – Le Port (plan d'accès)


Lire la suite
24.03.2016

51 % des PME-TPE ont un plan de formation professionnelle en 2015, contre 33 % en 2014 (AgefosPME)

51 % des PME et TPE déclarent être dotées d’un plan de formation en 2015, soit 18 points de plus que l’année précédente, et 60 % des dirigeants interrogés envisagent de mettre en place un plan de formation en 2016, dont 82 % pour les seules PME, selon l’édition 2016 de l’étude Perspectives, baromètre sur la formation et l’emploi dans les TPE-PME, réalisé par Agefos PME, réseau gestionnaire des fonds de la formation professionnelle, et Ipsos, institut de sondage.



« Ce phénomène s’explique par une conjugaison de facteurs, au premier rang desquels la légère embellie des indicateurs liés à l’activité économique, dont témoignent également les perspectives de recrutement à la hausse », expliquent Agefos PME. Autre paramètre favorable selon eux : « l’effort d’information et de sensibilisation déployé tout au long de l’année 2015 par l’ensemble des acteurs du secteur de la formation professionnelle ».
Les entreprises mettent en avant des freins dans la mise en place d’un plan de formation : une offre de formation insuffisamment disponible sur l’ensemble du territoire pour 44 %, qui ne couvre pas tous les besoins pour 40 %, et la méconnaissance de certains dispositifs comme le CPF dont seuls 21 % des dirigeants estiment avoir une bonne connaissance.

Un budget formation en hausse, pour une entreprise sur trois
L’investissement formation des TPE-PME a comme principaux objectifs :
- La gestion de l’évolution des métiers (34 %, + 9 points par rapport à 2014) ;
- l’obligation légale (26 %) ;
- l’évolution des marchés (23 %).
Concernant les thématiques de formation souhaités pour 2016, Agefos PME constate une « stabilité » par rapport aux années précédentes, avec :
- 58 % des entreprises vont investir dans des formations obligatoires ;
- 55 % dans des formations techniques « cœur de métier » ;
- 44 % dans des formations sur la qualité.
Côté financement, « si 40 % des PME déclarent rester à l’obligation légale, 23 % des entreprises disent avoir eu un budget supérieur à celle-ci en 2015. Au global, 31 % des entreprises estiment que leur budget formation est en hausse ces dernières années. »

L’offre de formation, insuffisamment accessible
La formation est perçue à la fois comme :
- un levier au développement de l’entreprise (40 %) ;
- une contrainte réglementaire (38 %) ;
- un investissement pour l’avenir (39 %) ;
- un élément essentiel dans la stratégie de l’entreprise (26 %) ;
- un élément dont le retour sur investissement est difficile à mesurer (29 %).
Quant à l’offre de formation, 76 % des dirigeants indiquent qu’elle est « de qualité », mais mettent en avant des difficultés pour y accéder :
- 56 % l’estiment disponible sur l’ensemble du territoire, en baisse de 8 points ;
- 60 % estiment qu’elle couvre leur besoin, en baisse de 10 points.

Le CPF, encore peu connu ou peu compris chez les dirigeants et salariés
Si 59 % des dirigeants ont entendu parler du CPF (Compte personnel formation), ceux qui estiment avoir une bonne connaissance du dispositif sont minoritaires (21 %), avec un degré qui croit avec la taille de l’entreprise : 11 % parmi les dirigeants de TPE contre 53 % chez les patrons de PME.
Côté salariés, 74 % déclarent avoir entendu parler du CPF, mais cette forte notoriété n’empêche pas un faible niveau de connaissance : seuls 21 % déclarent avoir un bon, voire très bon niveau de connaissance du dispositif.
Dans les 12 mois à venir, 15 % des salariés envisagent d’avoir recours au CPF et 43 % ne savent pas s’ils l’utiliseront.

Méthodologie de l’enquête
Le volet “entreprises” de l’enquête a été réalisé par questionnaire auprès de 500 dirigeants et responsables RH de TPE-PME du 19 au 30/10/2015, par téléphone, sur la base d’un échantillon représentatif et selon 3 variables : secteur d’activité, taille d’entreprise et région d’activité.
Le volet “salarié” a été fait auprès d’un panel de 866 salariés du secteur privé du 20 au 26/10/2015, par Internet, sur la base d’un échantillon représentatif et selon 3 variables : taille de l’entreprise, âge et sexe.

Source : News Tank Education - 23/03/2016

Lire la suite
08.03.2016

Les nouvelles mesures de simplification intéressant la formation professionnelle

Manuel Valls annonce, mercredi 3 février 2016, un nouveau train de mesures de simplification. Alors que plus de 450 mesures sont déjà en cours de déploiement, ce sont 170 nouvelles dispositions qui doivent être présentées par le Premier ministre, dont quelques-unes concernent la formation professionnelle. Par exemple, le gouvernement dit vouloir "simplifier le bilan pédagogique et financier établi par les organismes de formation", "simplifier les relations entre les organismes de formation, les Opca et les entreprises", ou encore faciliter l’accès à certaines professions par l’allègement des exigences de formation ou de reconnaissance des qualifications.


Voici le détail des nouvelles mesures de simplification intéressant la formation professionnelle, annoncées par le Premier ministre mercredi 3 février 2016.

Bilan pédagogique et financier. Chaque année, les organismes doivent fournir un bilan pédagogique et financier qui "retrace l’ensemble de l’activité de prestataire de formation selon un exercice comptable". Conformément au principe "dites-le-nous une fois", à compter du 1er janvier 2017, le formulaire de déclaration du bilan pédagogique et financier "sera simplifié" pour éviter aux organismes de formation d’avoir à fournir des informations dont l’administration dispose déjà.

Relations organismes de formation/Opca/entreprises. Le gouvernement entend "simplifier les relations entre les organismes de formation, les Opca et les entreprises" d’ici fin 2016. Il s’agit notamment de favoriser l’échelonnement des paiements et le versement d’une avance de l’ordre de 30 % du prix des actions de formation, ou encore d’encourager la contractualisation sur les engagements réciproques des Opca et des organismes de formation. Cette démarche s’inscrit notamment dans la volonté de renforcement du suivi et du contrôle de la qualité des actions de formation.
La mise en oeuvre d’un certain nombre de ces mesures avait déjà été demandée par la DGEFP (Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle), dans un courrier adressé à l’ensemble des Opca au milieu de l’été 2015. Il faut également noter que, au-delà des pouvoirs publics, les partenaires sociaux travaillent eux aussi à des mesures de simplification des relations entre Opca et organismes de formation.

Alternance. Les offres de contrats en alternance (apprentissage et contrats de professionnalisation) vont être regroupées sur un portail unique et ce, qu’elles soient proposées par Pôle emploi et ses partenaires, par la Bourse interministérielle de l’emploi public ou par des employeurs privés. La rénovation du "portail de l’alternance" avait été annoncée par François Rebsamen le 7 mai 2015.

Demandeurs d’emploi. Concernant les demandeurs d’emploi, le gouvernement souhaite qu’ils soient orientés vers la formation la plus appropriée à leurs souhaits et la plus à même de favoriser leur insertion. Il s’agit d’un "moteur de recherche de formation" qui sera mis en ligne au deuxième trimestre 2016.

Faciliter l’accès à certaines professions. Le gouvernement souhaite faciliter l’accès à certains métiers en allégeant certaines exigences relatives à la formation continue ou à la reconnaissance des qualifications professionnelles. Sont notamment concernées les activités d’agent immobilier, de services funéraires, d’expert en automobile et professionnels de l’enseignement de la conduite et de la sécurité routière, ou encore de commissionnaire de transport.

Création d’entreprises artisanales. Par ailleurs, "au-delà des réflexions en cours sur l’adaptation des modalités et du contenu des formations" artisanales, le gouvernement souhaite assouplir les conditions de création d’entreprise artisanale, en permettant au chef d’entreprise de "suivre le stage de préparation à l’installation après son immatriculation" et "en élargissant le champ des dispenses portant sur l’obligation de suivre ce stage". Cette mesure, qui faisait partie des préconisations du rapport Barbaroux, devrait entrer en vigueur à la fin du deuxième semestre 2016.

Source : AEF 03/02/2016 - http://www.aef.info/

Lire la suite
24.02.2016

Une nouvelle antenne Cnam à Maurice

Olivier Faron, administrateur du Conservatoire des Arts et Métiers (CNAM) en France, était à Maurice cette semaine afin d'étudier la possibilité d'avoir une antenne dans notre pays. Dans ce contexte, il a rencontré la ministre de l'Education, Leela Devi Dookun, ainsi que des acteurs dans le monde de l'entreprise. Dans un entretien accordé au Mauricien, il explique que le CNAM est un outil de promotion sociale et de reconversion réussie. Il annonce également le démarrage de la formation à distance pour des Mauriciens en partant de La Réunion à partir du 29 février.


Le CNAM est peu connu à Maurice. Pouvez-vous nous en parler ?
Le Conservatoire national des arts et métiers, c'est 220 ans d'histoire. Il a été créé par l'abbé Grégoire en 1794 pour « perfectionner l'industrie nationale » et est, avec l'École polytechnique, l'une des deux réalisations de la Révolution française dans le domaine des sciences de l'ingénieur. Héritier de l'esprit des Lumières et des encyclopédistes, le Conservatoire a, dès son origine en 1794, une vocation multidisciplinaire. Au départ, l’idée était de montrer des objets techniques. D’où la création du musée des arts et métiers. À partir de 1820-1830, il s'est lancé dans la formation aux professions des adultes à la fois, qui sont à la recherche d'emploi ou qui viennent de passer le BAC, afin d'être formé à un métier de manière à jouer un rôle dans la société et dans l'économie.


Êtes-vous seulement très présents sur le territoire français ?
Aujourd'hui, nous sommes la grande institution de formation professionnelle « tout au long de la vie » en France et hors de l’Hexagone. On forme quelque 90 000 élèves, dont 8 000 à l'international, qui sont répartis au Liban, au Maroc, en Côte d'Ivoire, à Madagascar et, bientôt, Maurice. L'idée est de former, avec des cours ouverts à distance avec le numérique, et puis d'accompagner les élèves en fonction des besoins en société pour que le CNAM soit non seulement un acteur du développement économique, mais également un acteur de la promotion sociale et de la reconnaissance des compétences et des mérites au service des citoyens et des citoyennes.



Quel est le but de votre mission à Maurice ?
Pour nous, Maurice est très importante. Dans cette zone de l’océan Indien, le CNAM est présent avec un centre important à La Réunion et un autre, également important, à Madagascar, où nous enregistrons quelque 600 auditeurs par an. Nous sommes à Tananarive, à Tamatave, à Majunga et, probablement, nous ouvrirons un centre à Tulear. J’ai aussi été heureux, en tant qu’administrateur général, d'ouvrir un centre à Mayotte. Comme nous sommes présents avec trois réalités fortes à La Réunion, à Mayotte et à Madagascar, nous avons souhaité créer un « CNAMopole », soit un réseau nous permettant de développer nos formations au niveau de l’océan Indien. Le pays qui s’imposait à nous, de par sa force économique et son développement, de par la qualité de tout ce qui est fait, est Maurice. Ce déplacement ici s’imposait de lui-même parce que nous souhaitons nous développer ici. C’est d’autant plus important qu’avec la formation ouverte à distance partant de La Réunion nous démarrons dans 15 jours, le 29 février prochain, des formations pour des Mauriciens. Nous en sommes très heureux.

Quelle est la particularité du CNAM ?
La première particularité est de mettre le métier au cœur des dispositifs. Nous offrons le métier que vous avez envie de faire et que vous méritez afin d’être le plus performant possible. Pour assurer cette formation de haut niveau, il faut, et ce n’est pas le cas pour toutes les formations professionnelles, pouvoir s'appuyer sur les expériences pédagogiques innovantes, sur une recherche de qualité. Ce que le CNAM, avec l’importance de ses dispositifs, permet de faire. Nous sommes dans un dispositif qui se projette tout au long de la vie. Admettons que quelqu’un commence un parcours et l’arrête parce qu’il a envie de faire autre chose ou parce qu’il a envie de voyager : il faut qu’il puisse poursuivre son parcours s’il le veut. Nous soutenons cela. Nous avons une approche extrêmement souple. Nous sommes la principale institution de validation des acquis de l’expérience qui a été inventée par le CNAM. Toutes nos 400 formations disponibles sont ouvertes à la validation de l’expérience acquise. La troisième chose, c'est qu’au CNAM, nous essayons de répondre aux besoins des acteurs et des entreprises. Nous ne souhaitons pas imposer nos formations. C’est le cas pour Maurice. Notre visite nous permet d’écouter les acteurs, les décideurs, les responsables du monde de l’entreprise, des secteurs et des ministères. Nous voulons être à l’écoute afin d’éviter les effets de doublons. Nous souhaitons être présents à Maurice non pas pour quelques mois, mais dans la durée, afin de jouer un rôle aux côtés des Mauriciens et de participer au développement de l’économie et de la société mauricienne.

Que comprenez-vous en parlant de métiers ?
Lorsque vous êtes dans la formation professionnelle, il faut articuler deux choses, à savoir, d'une part, la formation académique – c’est-à-dire une connaissance en mathématiques, en biologie, en chimie, en gestion – et, d'autre part, l’approche du métier, qui associe différents composants académiques pour construire la demande d’une entreprise, pour se développer et réaliser des choses différentes. À titre d'exemple, nous sommes très fiers d’avoir une des meilleures écoles du jeu vidéo. Un auteur de jeu vidéo ne fait pas que de l’informatique, il doit aussi maîtriser également la “story telling” et avoir une base dans d’autres domaines de la connaissance, comme le graphisme, le design, l’innovation. Il y a beaucoup d’éléments qui forgent un métier. Nous venons de créer une chair dans le domaine de la santé au travail, qui est très importante pour la vie d’une entreprise et la vie des salariés et des actifs. Cela implique une connaissance de l’entreprise, des bases de l’hygiène et de nombreux autres éléments nécessaires pour construire un profil du métier.

Avez-vous fait un relevé des besoins à Maurice ?
Ce qui apparaît très clairement, c'est que, dans un certain nombre de grands domaines, il y a des besoins très forts dans lesquels nous pouvons apporter notre contribution. Nous avons rencontré des intervenants du secteur de la construction, du tourisme... On nous a parlé de problèmes liés au port, à la logistique et à la mer, mais aussi des questions de gestion et de la psychologie du travail. Les ressources humaines sont un domaine important.

N’êtes-vous pas en compétition avec l’université ?
Le CNAM ne se définit pas comme étant en compétition. Nous proposons une offre. Nous avons un projet, qui est le nôtre. Nous souhaitons construire des passerelles. Nous ne sommes en concurrence avec personne. Le CNAM, c’est à la fois une réponse en soi. En matière de passerelle, on nous a parlé du BTS, qui existe. La sortie du BTS est un domaine sur lequel le CNAM travail. Nous souhaitons être en coordination et en articulation. Nous refusons deux choses : la concurrence forte et les doublons. Nous sommes là pour faire ce que nous savons faire et on est là où personne n’est présent pour répondre à un besoin.

En quoi le CNAM est-il différent de l’Université ?
Souvent, les écoles d’ingénieur ou les écoles classiques ressemblent à une espèce de tunnel. Vous entrez et vous êtes obligés de faire cinq ans sans avoir le droit de redoubler. Pour nous, le temps de la formation doit s’adapter à celui qui la suit. C’est un formidable outil de reconversion. La patronne des anciens élèves de notre école de management était une pilote de ligne pour une compagnie privée. Elle s’est lancée dans le management et a un nouveau travail dans ce secteur. Tous les futurs sont possibles. L’AIOA, l’accompagnement, l’insertion, l’orientation et l’accueil sont importants parce que, pour nous, construire le bon parcours est au cœur de notre métier. Avec l’IFM, nous comptons construire le bon parcours à la carte. Le CNAM est un outil de promotion sociale et de reconversion réussie.

Recrutez-vous les étudiants directement ou par le biais des entreprises ?
Je salue le rôle que joue l’IFM pour accompagner notre développement à Maurice avec Aurélia. Pour le moment, il y a eu des inscriptions individuelles. Il est clair que nous souhaitons nous tourner vers les entreprises. Nous souhaitons travailler en direct avec les entreprises sur un scénario qui soit efficace. Nous ouvrons grande la porte. Les entretiens que nous avons eus avec les différents acteurs du monde de l’entreprise laissent à penser que nous avons une belle marge de manœuvre pour nous développer avec elle.

Quels sont les domaines de formation qui seront ouverts aux Mauriciens à partir du 29 février ?
Nous avons ouvert six domaines principaux, comme l’informatique, le bâtiment, la psychologie du travail, les ressources humaines. On a ouvert les domaines les plus fondamentaux pour le CNAM. Il est très clair que le CNAM, c’est 400 formations possibles. Il va falloir voir en fonction des besoins quelles offres nous allons développer. Pour l’instant, nous partons sur ce que nous pensons être les fondamentaux de notre action. Après, nous verrons ce dont Maurice a besoin.

Quelles sont les qualifications de base requises pour être admis au CNAM ?
On peut entrer au CNAM sans condition spécifique de diplôme puisque nous avons des dispositifs de validation d’expérience ouverts sur tous les diplômes. Cependant, il faut que vous soyez à même de suivre une formation. Nous sommes tournés vers le post-Bac. C’est notre métier. Après, nous essayons de faire en sorte que le déroulement des parcours de formation soit en articulation avec ce que les Mauriciens ont envie de faire. Une chose sur laquelle nous ne transigeons pas, c’est la qualité de notre diplôme et sa pérennité. Nous ne pouvons transiger avec un diplôme du CNAM parce que c’est notre fonds de commerce, notre ADN, le cœur de ce que nous faisons. Nous ne transigeons pas sur la pérennité. Il existe des cas où les sociétés de formation s’engagent dans une opération qui ne dure pas. Nous souhaitons être à Maurice le plus longtemps possible en articulation la plus étroite possible. Nous essayons d’investir au mieux pour réussir cette opération.

Combien coûte une formation ?
Nous avons un droit d’inscription pour la formation et pour les frais administratifs. Au départ, nous envisageons une moyenne de 2 000 euros comme frais d’inscription. Ce qui est relativement bas pour Maurice. Nous souhaitons proposer une vraie réponse qui soit adaptée au modèle économique aux personnes vivant à Maurice.

Source : Le Mauricien - édition 20/02/2016

Pour en savoir plus


Lire la suite
20.01.2016

Cnam : 85 % des auditeurs inscrits pour une reconversion professionnelle satisfaits de leurs cours

Les auditeurs inscrits au Cnam dans le cadre d’une reconversion professionnelle sont 85 % à se déclarer « plutôt satisfaits » ou « tout à fait satisfaits » de leurs cours, et 88 % à trouver une adéquation entre leurs attentes et les enseignements suivis. C’est ce qu’indique une enquête de satisfaction menée par l'établissement auprès des auditeurs en 2014-2015 et dont les résultats sont publiés dans une note de décembre 2015.


Parmi les auditeurs, 44 % se sont inscrits pour « approfondir des pratiques professionnelles », 36 % pour « obtenir une UE imposée par [leur] cursus », 9 % pour « se reconvertir professionnellement », et 5 % pour « acquérir une méthodologie ». Le mode présentiel reste le plus fréquent, avec 57 % des auditeurs contre 36 % sur la formation à distance et 7 % sur une formule mixte.

Méthodologie de l’enquête
L’enquête porte sur 32 016 questionnaires retournés par des auditeurs du Cnam ayant suivi au moins un enseignement sur l’année 2014-2015. Le taux de réponse est de 19 %.

Des enseignements pertinents et en adéquation avec les attentes
L’adéquation entre les attentes et l’enseignement suivi est approuvé par 87 % des personnes ayant répondu. L’enseignement suivi a un contenu pédagogique pertinent pour 89 % des questionnaires correspondant à des inscriptions dans le but de se reconvertir professionnellement. Ce pourcentage est de 87 % pour les enseignements suivis dans l’objectif d’approfondir des pratiques professionnelles et de 86 % pour ceux dont la finalité est une reconversion professionnelle.

A la question de savoir si l’enseignement suivi sera utile professionnellement, les inscrits dans le but de se reconvertir sont 90 % à répondre par l’affirmative (dont 48 % de « Tout à fait utile »). Cette part s’élève à 87 % pour les inscriptions prises dans l’objectif d’approfondir des pratiques professionnelles et à 81 % pour les inscriptions dont la finalité est de valider un cursus.

Une satisfaction qui dépend du temps investi sur la formation
L’enquête révèle également un taux d’insatisfaction plus élevé chez les personnes ayant eu des difficultés à programmer « un temps de travail personnel hebdomadaire suffisant à la bonne compréhension et intégration des notions étudiées. »
Ce taux est plus important chez les inscrits dans le but d’approfondir des pratiques professionnelle : 39 % des insatisfaits de ce sous-groupe, contre 12 % pour les inscriptions dans l’objectif de valider un cursus et de 9 % pour les inscriptions dont la finalité est de se reconvertir professionnellement. Le conservatoire explique cette différence par le fait que parmi les premiers, les auditeurs en emploi sont plus fortement représentés, avec plus de 60 % des effectifs.

source : Paris - Publié le mardi 22 décembre 2015 à 16 h 04 - Actualité n° 58845

Pour en savoir plus


Lire la suite
17.12.2015

Le débit Internet RENATER

Depuis le 22 juillet 2015, les établissements de l’île de la Réunion membres de RENATER (Réseau National de télécommunications pour la Technologie l'Enseignement et la Recherche) bénéficient d'un débit internet plus élevé : il est passé de 310 (2 x 155) Mo à 2 Go. Cette mesure qui facilite les échanges des établissements de l'île est cofinancée par l'Union européenne.


Depuis le 22 juillet 2015, les établissements de l’île de la Réunion membres de RENATER (Réseau National de télécommunications pour la Technologie l'Enseignement et la Recherche) bénéficient d'un débit internet plus élevé : il est passé de 310 (2 x 155) Mo à 2 Go. Cette mesure qui facilite les échanges des établissements de l'île est cofinancée par l'Union européenne.

Lire la suite
17.12.2015

Moocs du CNAM : Inscriptions ouvertes et à venir

Le 2 décembre 2015, Monsieur Thierry MANDON, secrétaire d'État à l’Enseignement supérieur, célébrait les deux ans de la plateforme FUN (France Université Numérique) MOOC. A cette occasion, les MOOCs du Cnam ont été une nouvelle fois à l'honneur.


Le 2 décembre 2015, Monsieur Thierry MANDON, secrétaire d'État à l’Enseignement supérieur, célébrait les deux ans de la plateforme FUN (France Université Numérique) MOOC.
A cette occasion, les MOOCs du Cnam ont été une nouvelle fois à l'honneur.
Vous pouvez encore vous inscrire sur les 3 MOOCs suivants :

Terrorismes : débuté le 16 novembre 2015, inscriptions ouvertes jusqu’au 26 décembre 2015 https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/CNAM/01019/session01/about

Introduction au traitement du signal Daniel Roviras et Hmaied Shaiek, session 2 : début 15 février 2016, inscriptions ouvertes jusqu’au 26 mars 2016 https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/CNAM/01008S02/session02/about

Du manager au leader agile Cécile Dejoux, session 3 : début 15 février 2016, inscriptions ouvertes jusqu’au 26 mars 2016 https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/CNAM/01002S03/session03/about

Trois autres MOOCs du CNAM seront bientôt accessibles :

Éléments de santé au travail pour ingénieurs et managers William Dab, session 3 : début 14 mars 2016, ouverture des inscriptions le 14 décembre 2015

From Neuron to behavior en collaboration avec l’Institut Pasteur (Pierre-Marie Lledo) session 1 : début 14 mars 2016, ouverture des inscriptions le 14 décembre 2015

Écrivez votre premier programme en java François Barthélémy : début 14 mars 2016, ouverture des inscriptions le 14 décembre 2015.


En savoir plus

Les Mooc au Cnam
Votre espace France Université Numérique (FUN)


Lire la suite
03.12.2015

Le Cnam Réunion labellisé

Le Cnam Réunion reçoit le premier label distinctif de la filière numérique dans le département.


La Région Réunion a confié à Digital Réunion le pilotage et la diffusion du premier label distinctif de la filière numérique : le Digital Label.

L’objectif est d’accélérer la dynamisation du secteur et la transformation digitale du territoire en distinguant le savoir-faire des entreprises de la filière numérique réunionnaise et leur engagement en faveur de la qualité de service et produits. Le Digital Label s’entend aussi comme un outil de valorisation de la responsabilité sociale, sociétale et environnementale des entreprises numériques dans la mise en œuvre de leurs activités et de leur stratégie de développement.

Pourquoi être labellisé DIGITAL LABEL ?
Cela permet aux entreprises :
– de garantir une excellence professionnelle et distinguer les entreprises ayant de bonnes pratiques
– d’augmenter la confiance du client final
– de donner de la visibilité et de démarquer l’entreprise de la concurrence
– d’être intégrées aux listes de fournisseurs régulièrement consultés par les collectivités territoriales qui reconnaissent le Digital Label.

Ce label permet à la filière numérique de La Réunion :
– de promouvoir l’excellence de ses entreprises
– de généraliser les bonnes pratiques professionnelles, sociales et sociétales au sein des entreprises du numérique
– de contribuer à la structuration de la branche
– d’accélérer la transformation numérique du territoire

Le fruit d’un partenariat territorial fort avec l’appui financier de la Région Réunion, de l’Europe et le soutien de ses partenaires institutionnels, Digital Réunion poursuit sa mission de dynamisation de la filière et de promotion du savoir-faire des entreprises du numérique réunionnaises. Cette action partenariale vise à garantir :
– un label de qualité
– des critères d’éligibilité et de notations transparents
– la légitimité des organisateurs
– des membres de jury indépendants des intérêts commerciaux
– une procédure de renouvellement annuel simplifié

A ce jour 15 entreprises sont certifiées par le DIGITAL LABEL.
Pour en savoir plus

Lire la suite
14.10.2015

La formation professionnelle au service de l'amélioration des compétences en France

Un récent rapport de l'OCDE met en perspective le système français de formation professionnelle (complexe et peu efficace au regard des dépenses) et qui attire l’attention sur certaines questions, notamment l’évaluation des retombées de la formation pour nos publics et les entreprises, l’importance du développement des formations souples, modulaires et hors temps de travail, le contrôle qualité via des organismes externes ...


La France consacre d’importants moyens à la formation professionnelle des jeunes et, surtout, des adultes, mais le système est trop complexe et ses résultats sont insuffisants. Les compétences de base en calcul et en compréhension de l’écrit de nombreux adultes restent faibles en France par comparaison avec d’autres pays, ce qui a des répercussions négatives sur les perspectives d’emploi, les salaires et le bien-être. Il est difficile pour ceux qui en ont le plus besoin, dont beaucoup sont issus de milieux socioéconomiques défavorisés, d’accéder à une formation de base. L’enseignement professionnel secondaire et l’apprentissage continuent de pâtir d’une mauvaise image auprès des familles, en dépit des bons résultats enregistrés par l’apprentissage. Le nombre de contrats d’apprentissage augmente régulièrement, mais cette progression concerne principalement les élèves qui préparent un diplôme de l’enseignement supérieur ou, au moins, du deuxième cycle du secondaire au moins (baccalauréat) ce qui tient toutefois entièrement aux élèves qui poursuivent des études supérieures. Les diplômés des formations professionnelles dans le secondaire n’enregistrent pas de bons résultats sur le marché du travail et la qualité de ces formations doit être améliorée. Pour ce faire, il faut attirer des enseignants et des tuteurs en entreprise plus qualifiés, afin qu’ils puissent établir des liens plus étroits entre expérience pratique et concepts théoriques. Le financement du système de formation professionnelle des adultes repose sur des mécanismes de collecte qui demeurent complexes en dépit des réformes majeures menées récemment. Pour procéder à de nouveaux changements, il faudra faire face à des intérêts profondément enracinés, même si la contribution à la formation professionnelle n’est désormais plus utilisée pour financer les organisations patronales et les syndicats. L’objectif est d’orienter davantage le financement de la formation vers les travailleurs les moins qualifiés dans les petites entreprises et vers les chômeurs, ce qui pourrait être réalisé plus facilement en modifiant la base de financement afin qu’elle repose moins sur les prélèvements imposés aux entreprises et plus sur les incitations fiscales et les subventions directes. Il faut aussi parvenir à une meilleure adéquation entre les responsabilités relatives à la formation des adultes et le contrôle correspondant sur les fonds. Les travailleurs bénéficieront désormais de comptes personnels de formation leur permettant de cumuler des droits à hauteur de 150 heures de formation. Toutefois, compte tenu de l’offre pléthorique de prestataires et de contenus, il convient de redoubler d’efforts pour élaborer des systèmes efficaces d’orientation, d’évaluation et de certification, afin de veiller à ce que la formation choisie soit adaptée aux besoins et de qualité suffisante.

Lire le rapport intégral

Source : OCDE - 21/08/2015 - http://www.oecd-ilibrary.org/

Lire la suite
14.10.2015

Les besoins de formation non satisfaits au regard des besoins de l'économie

En mai 2015, l’IGAS a remis un rapport intermédiaire comprenant une liste de 99 métiers « émergents ou rares » nécessitant un renforcement de l’offre de formation professionnelle au niveau interrégional ou national.


Ce rapport fait suite à une lettre de mission du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social demandant « de conduire une réflexion sur l’identification des besoins émergents de formation professionnelle. » Le rapport intermédiaire est un premier livrable de la mission. Il présente « une liste de métiers émergents ou rares sur lesquels il paraît utile de continuer ou renforcer l’offre de formation professionnelle continue inexistante ou trop diffuse ». L’annexe du rapport propose sous forme de fiches par secteurs les métiers émergents ou rares retenus par la mission.

Pour exemple
• Les métiers de l’agriculture et de l’agroalimentaire
• Les métiers du bâtiment et des travaux publics
• Les métiers de l’industrie
• …

Source : Carif-Oref - http://www.cariforef-reunion.net/

Lire le rapport
Lire la suite
13.10.2015

Patrick Hervé, chevalier de la Légion d’Honneur

Samedi soir, en présence de ses amis et des membres de sa famille, Patrick Hervé a été élevé au grade de chevalier de la Légion d'Honneur.


Source : JIR - 13/10/2015




Monsieur Patrick HERVE, Président du CNAM REUNION, recevant la Légion d’Honneur des mains du Général Yvon LUCAS, le 9 octobre 2015

Lire la suite
13.10.2015

MOOC Dialogue social

Le Cnam propose un MOOC dédié au dialogue social et à la formation professionnelle ...


Le Cnam propose un MOOC dédié au dialogue social et à la formation professionnelle, qui a pour objectif de sensibiliser un public large au fonctionnement et aux enjeux du paritarisme dans le domaine de la formation professionnelle continue. Ce MOOC sera diffusé à partir du 19 octobre 2015. Dès à présent, vous pouvez vous inscrire sur la plateforme FUN : https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/ en suivant les indications à partir du bouton "connexion", en allant sur le MOOC du Cnam "Dialogue social et formation continue".

Lire la suite
03.09.2015

Nouvelle gratification pour les stagiaires en entreprise

Comme à chaque début de rentrée, les collectivités et l'Etat opèrent de nombreux changements. Fait partie de ces changements l'augmentation de la part du plafond de la Sécurité Sociale pour la rémunération des stagiaires en entreprise.


A compter du 1er septembre 2015, la part de gratification des stagiaires passe à 15% du plafond de la Sécurité sociale, soit l'équivalent de 554 euros mensuels. Cette gratification est obligatoire pour les stages d'une durée supérieure à deux mois.

Pour en savoir plus

Téléchargez votre convention de stage et votre formulaire préalable.

Lire la suite
03.09.2015

Zoom sur la loi de réforme de la formation professionnelle et le CPF

Le 5 mars 2014, le paysage de la formation professionnelle a été modifié par la promulgation de la loi relative à à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. Parmi les principales mutations, la suppression du DIF au profit du CPF. Retour arrière sur les principaux changements qu'occasionnent cette nouvelle loi.


Au 1er janvier 2015, le Droit individuel à la formation (DIF) a été supprimé et remplacé par le Compte personnel de formation (CPF). Le CPF permet au salarié de cumuler ses heures de droit à la formation tout au long de sa carrière, depuis son entrée sur le marché du travail jusqu’à sa retraite, à concurrence de 150h sur 8 ans.
Le CPF pourra être mobilisé à tout moment, notamment durant d’éventuelles périodes de chômage. Contrairement au DIF, l’employeur n’aura pas à donner son aval pour que le salarié puisse suivre la formation, si celle-ci a lieu hors temps de travail.
La nouvelle formation professionnelle doit donc être flexible. Pour évoluer dans sa carrière, le salarié peut avoir parfois besoin d’une formation de quelques heures ou bien parfois plus longue et certifiante.
Au Cnam, la majorité des formations peuvent être modulées. Le salarié construit son parcours à la carte, à son rythme.
La nouvelle loi transfère la prise en charge de la formation professionnelle vers les régions, afin de répondre aux besoins exprimés localement par les acteurs économiques. Les régions seront désormais des acteurs clefs pour la mise en place des nouvelles actions en faveur de la formation.
Depuis plusieurs années déjà, le Cnam fait évoluer son offre de formation pour contribuer au développement économique des territoires aussi bien en termes d'accompagnement des individus que de diversification de l'offre de formation.
Aujourd’hui, encouragé par la nouvelle loi de formation professionnelle, le Cnam grâce à l’ensemble de son réseau entend poursuivre ses actions dans le domaine.

Interview d'Olivier Faron

Pour en savoir plus :

Focus sur la loi de réforme de la formation professionnelle
Comprendre la réforme professionnelle
Principaux changements pour l'entreprise
Mon compte formation

Lire la suite
03.09.2015

Quand le Cnam se Mooc !

2014 fut marquée par le 220ème anniversaire du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Mais les siècles ne lui pèsent pas. Fondé après la Révolution par l'abbé Grégoire, l'un des grands esprits des Lumières, pour encourager le progrès technique et stimuler l'industrie française, cet établissement consacré à la formation tout au long de la vie compte bien rester à l'avant-garde de la diffusion des connaissances. Aussi, quand le ministère de l'enseignement supérieur a créé la plate-forme France université numérique (FUN) pour se lancer dans l'aventure des Mooc (Massive Open Online Courses), le CNAM s'y est engouffré avec succès.


Source : Le Monde (25/03/2015)

Qu'est-ce qu'un MOOC ?

MOOC est un acronyme, qui traduit de l'anglais, signifie « Cours en ligne ouvert et massif » (CLOM). Ce format d'e-learning est ouvert aussi bien à la formation initiale qu'à la formation continue.
Aujourd'hui, plusieurs universités et plateformes numériques proposent des cours en ligne ouverts et massifs, dans de très nombreux domaines thématiques : informatique, commerce, management, mathématiques, etc.
Les MOOCs sont généralement accessibles gratuitement. Cependant, les MOOCs dits « certifiants » (délivrant une attestation de réussite) sont payants.
Les Mooc du Cnam, eux, sont gratuits.

Principe

Un MOOC réunit plusieurs principes :

- Un MOOC réunit enseignants et élèves de différents niveaux dispersés géographiquement.
- Les participants communiquent en temps réel par internet, principalement en visioconférence, mais aussi via d'autres outils comme des espaces numériques de travail, les forums, réseaux sociaux, blogs, etc.
- Un MOOC peut soit rassembler un grand nombre de participants (d'où le terme « massif ») soit un nombre restreint d'inscrits.
- Il repose sur l'utilisation de ressources éducatives gratuites : documents, vidéos, etc.
- Il est organisé en sessions, généralement sur plusieurs semaines.
- Il comprend différentes activités permettant d'évaluer la progression. Selon le cas : ateliers, travaux de groupes, devoirs.
- Il peut s'agir d'un cours magistral ou dirigé (par un enseignant), ou d'un cours dont les contenus sont construits par les élèves.

Parmi les MOOC de la rentrée sur FUN, ce que le Cnam propose :

- Questions stratégiques (début du cours le lundi 14 septembre 2015).
- Terrorismes (début du cours le lundi 2 novembre 2015).
- Gérer les documents numériques : maîtriser les risques (début du cours le jeudi 17 septembre 2015).
- Dialogue social et formation continue (début du cours le lundi 19 octobre 2015).
- Le droit des contrats de travail en France (début du cours le lundi 21 septembre 2015).
- Vaccinology, en anglais (début du cours le jeudi 17 septembre 2015).


En savoir plus

Les Mooc au Cnam
Votre espace France Université Numérique (FUN)


Lire la suite
03.09.2015

Le Cnam veut s'ouvrir à l'Océan Indien

Olivier Faron, Administrateur Général du Cnam, en visite dans l'île, a reçu l'appui de Frédéric Cadet, Vice-Président chargé de la Recherche, de l'Innovation et des Relations Internationales, sur le projet de rayonnement du Cnam dans la zone Océan Indien.



Source : Le Quotidien (23/02/2015)

Lire la suite
03.09.2015

Le Crédoc analyse les critères d’employabilité utilisés par Pôle emploi

Quels sont les outils et les pratiques des conseillers mis en œuvre pour appréhender l’employabilité des demandeurs d’emploi ? Dans un contexte de chômage de masse, le service public de l’emploi tend à concentrer les moyens dont il dispose pour accompagner les demandeurs d’emploi jugés comme ayant le plus besoin de soutien dans leur parcours d’accès à l’emploi.


L’objectif de l’étude vise à :
• Comprendre ce que recouvre le concept d’employabilité pour les conseillers, comment ils le définissent et se l’approprient
• Comprendre comment sont évalués les demandeurs d’emploi qui intègrent le marché du travail.

Pour l’ensemble des conseillers interrogés, les éléments de la vie personnelle des demandeurs d’emploi occupent une place centrale dans la définition de l’employabilité comme la famille, l’âge, les enfants, la santé, les horaires et l’ « autonomie dans la recherche d’emploi ».
La « confiance en soi » et la « motivation » ont été évoquées par presque tous les agents interrogés comme des critères ayant un impact sur l’employabilité des demandeurs d’emploi.

Si une partie des conseillers semble à l’aise avec la définition d’employabilité « capacité à retrouver rapidement un emploi durable », en revanche, d’autres évoquent un concept peu efficient voire préjudiciable.

L'employabilité des demandeurs d'emploi : une approche de la notion et de sa mesure

Télécharger

Source : Carif Oref - http://www.cariforef-reunion.net/

Lire la suite
03.09.2015

Vous recherchez un logement ?

Vous avez entre 18 et 24 ans, vous souhaitez vous installer dans le Sud ou l'Ouest de l'île, vous disposez de ressources mais vous avez des difficultés à trouver un logement... Le Comité Local pour le Logement Autonome des Jeunes peut vous aider (CLLAJ).


Le CLLAJ accompagne les jeunes de 18 à 24 ans dans l’obtention d’un Logement (Voir documents ci-joints), sous certaines conditions.
En tant qu’élèves du CNAM, vous pouvez prétendre à cet accompagnement sur la région Sud et sur la région Ouest (Zones d’activité de la CLLAJ).


Si vous êtes intéressé(e) par cette prestation, vous pouvez prendre contact avec :


Mme Elodie ENRIQUE,
Travailleur social CLLAJ / APAL
145 bis rue Marius et Ary Leblond,
97410 Saint Pierre
02.62.25.80.19 -- formulaire de demande

En savoir plus
Lire la suite
28.05.2015

Journées portes ouvertes du Cnam

Besoin d’une formation professionnelle qui vous corresponde, venez profiter de nos journées portes ouvertes pour vous informer et rencontrer nos conseillers.


Recherche d’une formation supérieure, développer vos compétences ou acquérir de nouvelles connaissances, promotion interne ou reconversion professionnelle, validation des acquis de l’expérience, autant de motifs légitimes pour la formation tout au long de la vie. C’est ce pour quoi œuvre le Cnam depuis sa fondation, depuis plus de deux siècles, et met toute sa notoriété au service de votre réussite personnelle et professionnelle.

Enregistrés au Répertoire national de la certification professionnelle (RNCP), visés par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ou habilités par la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI), les diplômes du Cnam bénéficient d’une assise nationale et européenne ainsi que d’une reconnaissance des branches professionnelles de multiples secteurs d’activité.

Vous avez un projet professionnel ou vous êtes à un tournant de votre carrière, n’hésitez plus et venez rencontrer nos conseillers qui vous orienteront au mieux compte tenu de votre parcours personnel et professionnel et vous accompagneront dans vos démarches auprès des partenaires et financeurs éventuels.

Avec le plaisir de vous accueillir très prochainement du 1er au 5 juin 2015, de 8h30 à 18h en journée continue.

Infos au 0262.42.28.37 ou à info@cnam.re




Lire la suite
14.04.2015

Enquête Cnam 2015 - filière intervention sociale

Résultats 2015 d'enquête sur la filière Intervention sociale, menée par l'Observatoire des Etudes et Carrières du Cnam.


Lire la suite
18.11.2014

Projet Voltaire contre Shakespeare

L’événement est de taille. Qu’on se le dise, Voltaire s’attaque à Shakespeare !
Après plus de 2 ans de travaux, l’équipe du Projet Voltaire vous propose un outil résolument novateur et moderne consacré à l’anglais : NO STRESS CALL.


NO STRESS CALL, c’est la puissance du Projet Voltaire au service de l’anglais.

NO STRESS CALL s’adresse aux personnes qui, comme beaucoup d’entre nous, ont déjà un assez bon niveau en anglais à l’écrit, mais qui ont de l’appréhension à l’approche d’un entretien oral (téléphone, Skype…). La crainte est : vais-je être capable de suivre le flot de paroles ? Ou suis-je condamné(e) à ponctuer toutes les phrases d’un « can you repeat, please ? ».

Développez votre acuité auditive sur http://www.no-stress-call.com en choisissant l’accent anglais natif ou américain natif.

Hold the line !

Lire la suite
10.10.2014

Le Cnam fête ses 220 ans !

Depuis 1794, le Cnam forme des hommes et des femmes aux compétences de demain. Le 10 octobre, le Cnam fêtera ses 220 ans et rendra hommage à l'Abbé Grégoire pour l’étonnante modernité de son œuvre.


Lire la suite
08.10.2014

Les cours en ligne ouverts à tous (MOOC) se multiplient sur toutes les plateformes

Forts de quelques beaux succès, les cours en ligne ouverts à tous (MOOC) se multiplient sur toutes les plateformes. Tous n’étant pas de même qualité, le Figaro Etudiant vous livre les quelques « plus » qui font les meilleures formations.


A l’image de la plateforme française France université numérique (FUN) qui vient de dépas-ser la barre des 400.000 inscrits, les cours en ligne ouverts à tous (MOOC) n’ont jamais eu autant de succès qu’en cette rentrée. Maître de conférence en sciences de gestion au Conser-vatoire national des arts et métiers (CNAM), Cécile Déjoux crée d’ailleurs le sensation ces dernières semaines en proposant des leçons de management suivies par plus de 36.000 per-sonnes issues de 55 pays différents. Très à l’aise devant les caméras, précise et enthousiaste, la professeur a de nombreux atouts à faire valoir dans cet exercice. Curieux de savoir ce qui définit un «bon» MOOC, le Figaro Etudiant a dégagé, en compagnie de Matthieu Cisel, chercheur dans le domaine de l’éducation ouverte à tous, 7 critères qui constituent la pro-messe d’une formation enrichissante.

Voir l'article du Figaro
Lire la suite
08.10.2014

Désir d’entreprendre, d’en savoir plus sur la criminologie

Le Cnam propose des cours en ligne par les meilleurs experts du domaine, ouverts à tous et gratuits.


Lire la suite
08.10.2014

Le Cnam à Mayotte : interview d’Olivier Faron par KTV

Le conseil général vote à l'unanimité la réouverture du centre Cnam, en présence de son administrateur général, Olivier Faron. Celui-ci annonce l'accueil des premiers auditeurs mahorais dès le mois de mars. L'île était jusque-là la seule partie du territoire national dépourvu de centre Cnam.


Lire la suite
06.10.2014

« Le Cnam, c’est le plus beau public du monde » - Interview d’Olivier Faron

Aux commandes du Cnam depuis l'été 2013, Olivier Faron découvre un univers «humain», «technique» et «patrimonial», mais aussi pilote des chantiers et explore des enjeux qui innervent sa responsabilité « d'un sens, d'une utilité, d'une fierté inédits.

« La tâche est ardue, le chemin cahoteux, mais ceux qui l'ont côtoyé à Lyon l'affirment: «Jamais on ne l'avait vu aussi épanoui». Sans doute parce que du public accueilli il «reçoit» aujourd'hui bien plus qu'hier. »

En savoir plus


Aux commandes du Cnam depuis l'été 2013, Olivier Faron découvre un univers «humain», «technique» et «patrimonial», mais aussi pilote des chantiers et explore des enjeux qui innervent sa responsabilité « d'un sens, d'une utilité, d'une fierté inédits.

« La tâche est ardue, le chemin cahoteux, mais ceux qui l'ont côtoyé à Lyon l'affirment: «Jamais on ne l'avait vu aussi épanoui». Sans doute parce que du public accueilli il «reçoit» aujourd'hui bien plus qu'hier. »

En savoir plus

Lire la suite
29.04.2014

Faites le point sur votre parcours en vous amusant !

Le Cnam vient de créer un serious game, ROAD, qui vous permet, de manière amusante de faire la lumière sur vos compétences et sur votre parcours afin de vous aider à choisir au mieux votre orientation.


Une manière ludique et pédagogue d'en savoir un peu plus sur vous-même !

Démarrer le jeu
Lire la suite
27.10.2013

Le Cnam devient mobile

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement de la première application mobile du Cnam, un nouveau service pour présenter l'offre du Conservatoire en France et dans le monde entier. Le service de géolocalisation intégré permet de situer le centre Cnam le plus proche


Parmi les autres informations à découvrir :

  - un module de renseignement sur les inscriptions
  - la possibilité d’envoyer des notifications Push aux mobinautes
  - les actualités de l’établissement partout en France
  - les vidéos et les podcasts des grandes conférences
  - une présentation de l'offre


Disponible sur l’AppStore et Google Play, l'application est adaptée aussi bien aux supports smartphones que tablettes. 

Le succès de cette application dépendra de l’appropriation qu’en feront les élèves et futurs élèves mais aussi de l’implication de chacun. Nous vous invitons donc à la télécharger sur votre mobile ou votre tablette (si vous en disposez) et à donner votre avis sur l’AppStore ou Google Play.

Vos retours, vos remarques nous aideront à élaborer la version 2 de cette application et à répondre au mieux aux besoins de nos publics.

 

Lire la suite

Agcnam RéunionSiret : 443 381 322 00017 - APE : 8542Z - Organisme de formation N°98 97 02821 97Design : David BEAUDIntégration : Alexis LAFONT